Vertus et usages de l’Aromathérapie

herbes diverses1 – Qu’est ce qu’une huile essentielle?

2 – Vertus et propriétés

3 – Aromathérapie et Aromatologie

4 – Hydrolathérapie et Olfactothérapie

5 – Précautions d’emplois et usages

1 – Qu’est ce qu’une huile essentielle (HE)?

L’huile essentielle est  le résultat de l’extraction de la substance aromatique contenue dans une plante. Cette distillation se fait par entraînement à la vapeur d’eau grâce à un alambic. Pour le zeste des agrumes, on utilise la méthode du grattage pour en extraire l' »Essence ».

Source : Wikipédia
Source : Wikipédia

Les parties de la plantes utilisées sont très variées : feuilles, fleurs, branches, bois, semences, fruits, résines). Ainsi pour une même plante nous pouvons obtenir plusieurs huiles essentielles avec des molécules aromatiques et des propriétés différentes.

Par exemple l’oranger bigaradier :

La distillation des jeunes rameaux et des petits fruits –> HE de Petit grain bigarade (équilibrante nerveuse, antispasmodique)

La distillation des fleurs –> HE de Néroli (Neurotonique)

L’expression ou grattage du zeste –> Essence d’orange (Calmante mais photosensibilisante)

Sur le schémas on constate que le liquide obtenu est constitué d’une part par l’ huile essentielle mais également de l’eau florale ou hydrolat. Il s’agit de l’eau de distillation  qui s’est condensée en sortie d’alambic. Elle est donc chargée des molécules aromatiques hydrosolubles de l’huile essentielle du dessus. Ainsi les hydrolats de plantes aromatiques auront les mêmes propriétés que leur huile essentielle avec une concentration moins forte  : les contre indications sont donc les mêmes pour les 2.

Comment choisir son huile essentielle ?

Avant d’acheter une huile essentielle, il est recommandé de pouvoir vérifier les informations suivantes pour être certain d’obtenir une HE de qualité.

  • L’espèce botanique : Pour chaque espèce correspond une HE avec une composition et des actions bien spécifiques. Il est indispensable de connaître la dénomination latine de cette espèce pour ainsi s’assurer qu’il s’agit bien de la bonne HE.

Ex :

Lavande officinale –> Lavandula (genre) angustifolia (espèce) –> Calmante, anti-inflammatoire, cicatrisante… (utilisation simple pour tous)

Lavande Aspic –> Lavandula (genre) Latifolia (espèce) –> Antiseptique, expectorante, tonique (contre indiquée chez les enfants en bas âge et les personnes cardiaques)

Lavande Stoechas –> Lavandula (genre) Stoechas (espèce) –> Mucolytique, antiseptique (Contre indiquée chez la femme enceinte et l’enfant car abortive et neurotoxique)

Ces 3 espèces de lavandes sont toutes très différentes, nous pouvons le constater d’après leurs propriétés.

Il en va de même avec l’eucalyptus : radiata, globulus ou citronné.

  •  La partie de la plante distillée est fondamentale (ex : Oranger Bigaradier).

 

  • Le chémotype (CT):

Il s’agit du profil chimique d’une plante. Une même plante peut avoir des compositions chimiques différentes selon les conditions écologiques, les méthodes de culture, la localisation géographique…

Ex  : Le romarin

Romarin officinale Corse (Rosmarinus officinalis CT verbénone) — > Stimulant hépatique, Neurotoxique

Romarin officinale France (Rosmarinus officinalis CT camphre) –>  Décontractant musculaire – Neurotoxique

Romarin officinale Maroc (Rosmarinus officinalis CT cinéole) –> Antiseptique des bronches

Pourtant il s’agit bien de la même espèce botanique à la base.

  • Le type de culture

La distillation entraîne les résidus de traitements (engrais, herbicides, pesticides…) et les concentre dans l’HE. Mieux vaut alors les choisir de qualité BIO.

  • La méthode d’extraction et de conditionnement

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau est la seule méthode respectueuse pour l’huile essentielle. Il existe d’autres méthodes (solvants, percolation…) mais il en résulte des HE de moindre qualité.

L’huile essentielle ne doit pas être diluée ou modifiée.

Pour une conservation optimale, l’HE doit être conditionnée dans des flacons en verre ambré. Malgré leur grande stabilité dans le temps, l’HE s’oxyde et a une date limite d’utilisation (DLU) obligatoirement mentionnée sur l’emballage.

Que contient l’huile essentielle ?

L’huile essentielle est un concentré de molécules aromatiques (50 à 300 molécules différentes). Ces molécules (principes actifs) vont déterminer ses propriétés et vertus thérapeutiques.  Pour vous donner une image de ce que cela représente, un médicament contient seulement un principe actif. Les huiles essentielles proposent donc des synergies efficaces très éloignées de l’effet placebo, et qui auront un effet systémique sur le corps entier.

2- Vertus et propriétés

Comme expliqué ci dessus, les huiles essentielles sont constituée de centaines de molécules. Une goutte représente donc 100% de principes actifs, ceci explique pourquoi elles sont à utiliser avec attention et prudence. (par exemple pour obtenir 1kg d’HE de Lavande nous avons besoin de 150 kg de plantes) De plus, on comprend également qu’une même HE peut avoirplusieurs propriétés et vertus

Voici les principales propriétés des molécules aromatiques :lemon-906141_1920

Anti-inflammatoire / Antalgique / Antiseptique / Antibactérienne / Antivirale

Décongestionnant veino -lymphatique / expectorant / tonique / stimulante  /calmante

Vermifuge / antiparasitaire / Antispasmodique / aphrodisiaque / cicatrisante

.

Ces vertus apportent une réponse pour la prévention et le traitement des troubles suivants :

  • Bienfaits cutanés : peau et cheveux (eczéma, psoriasis, brûlures, blessures, acné, anti-âge, mycose, couperose, dermatose, pellicules…)

  • Bienfaits musculaires et articulaires : crampe, douleur, inflammation, tension musculaire, tendinites, rhumatisme, arthrose, sciatique …

  • Bienfaits immunitaires : renforcement des défenses immunitaires, anti-infectieux, antivirale …

  • Bienfaits respiratoires : affections virales et bactériennes, irritation, toux, rhume,sinusite, bronchite …

  • Bienfaits digestifs : troubles intestinaux, aphtes, ballonnements, spasmes, parasites, troubles hépatiques …

  • Bienfaits cardio-vasculaires et circulatoires : cellulite, frilosité, varices, œdèmes, coups, jambes lourdes, hémorroïdes …

  • Bienfaits uro-génitaux : troubles urinaires et génitaux …

L’aromathérapie est donc une méthode naturelle de prise en charge thérapeutique très efficace et puissante mais elle ne prétend pas se substituer à la médecine classique dans l’absolue et ne dispense pas de consulter un médecin.

Au delà de leurs propriétés thérapeutiques de prévention ou de soin, les huiles essentielles peuvent être utilisées au quotidien dans les produits cosmétiques, la cuisine, l’entretien de la maison. Cependant en raison de leur forte concentration, il est important de bien les connaître, c’est pourquoi apprendre avec l’aide et l’accompagnement d’un aromathérapeute ou d’un aromatologue est essentiel. Mais quelle est la différence ?

3 – Aromathérapeute vs Aromatologue

L’aromathérapie est donc l’art d’utiliser la partie aromatique d’une plante à des fins préventives et curatives. On y retrouve les huiles essentielles, les hydrolats, les huiles végétales et certains extraits végétaux.

La phytothérapie fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante sous diverses formes ( infusion, décoction, cataplasme..) L’aromathérapie est donc une branche de la phytothérapie. Il existe 2 catégories de spécialistes en aromathérapie : le médecin aromathérapeute et l’aromatologue. La différence relève du domaine d’application :

L’aromathérapeute soigne les maux de son patients, il est souvent médecin de formation initiale. Il est donc capable de faire un examen clinique, d’établir un diagnostic et de prescrire un traitement médicamenteux et aromathérapeutique interne.

L’aromatologue connait lui aussi parfaitement les huiles essentielles, leurs compositions, leurs propriétés, leurs risques/contre-indications et leurs effets mais exerce dans le domaine du bien-être et de la beauté, pour un usage externe uniquement. Il sait accompagner les personnes qui souhaitent s’orienter vers l’aromathérapie au quotidien de manière préventive.

4 – Hydrolathérapie et Olfactothérapie

L’hydrolathérapie est l’art d’utiliser les hydrolats ou eaux florales qui sont l’eau distillée chargée des molécules bio-chimiques de l’huile essentielle correspondante. La concentration en principes actifs est moins forte, leur emploi s’avère plus aisé, notamment en interne. Ne pas oublier toutefois que les contre-indications sont les mêmes que celles de son huile essentielle.
Les hydrolats ont une place de choix en cosmétique et en cuisine. En revanche, leur conservation est plus fragile même si les molécules aromatiques sont de bons conservateurs.
1 cuillère à café d’hydrolat = 0.5 gt d’huile essentielle
peony-785300_1920
Voici quelques conseils pour une conservation optimale :
– Choisir un hydrolat de qualité, de fabrication récente
– Stocker à l’abri de la lumière et des variations de température, dans l’idéal au frais (- 15°) pour les plus fragiles
L’olfactothérapie est l’art de solliciter l’odorat grâce aux huiles essentielles. Elles éveillent nos sens afin de stimuler notre mémoire, nos souvenirs, nos émotions et nos instincts. Pourquoi cela a-t-il autant d’effets sur le psychisme et le corps?
L’air inspiré passe par les cavités nasales riches en récepteurs des molécules odorantes et de cils olfactives. Ces récepteurs sont ensuite rassemblés dans le nerf olfactif qui alimente directement le bulbe olfactif situé dans le cerveau. La partie du cerveau concernée est le cerveau limbique ou primitif qui gère les émotions et les sensations. Ce cerveau est en lien étroit avec le système nerveux autonome qui gère les rythmes cardiaque et respiratoire mais aussi le processus naturel de la digestion.
C’est pourquoi les odeurs ont une influence inconsciente sur nos perceptions, on ne peut les maîtriser. Elles provoquent souvent en nous un phénomène de remémoration ou de stimulation qui peut être positif ou négatif :
  • La vanille peut évoquer en nous un souvenir sucré et gourmand de gâteau d’enfance.
  • L’odeur d’un plat que l’on aime particulièrement va nous faire saliver ou au contraire l’odeur d’un plat qui nous dégoûte peut provoquer la nausée.
  • L’encens peut mettre certaines personnes mal à l’aise surtout si un souvenir douloureux y est associé (encens lors de cérémonie religieuse funèbre).
Une particularité de l’olfactothérapie est son impact sur la nociception c’est à dire la perception nerveuse de la douleur. Par exemple, prendre quelques profondes respirations d’huile essentielle de camomille lors des contractions avant l’accouchement peut aider à atténuer les douleurs  en calmant l’esprit et l’anxiété liée à cet événement.
odorat
En stimulant notre mémoire et nos souvenirs positifs, les huiles essentielles de part leurs molécules aromatiques volatiles peuvent constituer un vrai catalyseur émotionnel et jouer dans le processus de mémorisation. Nous pouvons appliquer l’olfactothérapie dans plusieurs domaines :
– Favoriser la concentration lors d’un apprentissage, stimuler la créativité, optimiser le travail en groupe…
– Instaurer une atmosphère propice à la détente et au lâcher prise (Anxiété,stress, déprime passagère, agitation intérieure, troubles du sommeil, Fatigue psychique et physique…)
– Support de travail en neurologie, gérontologie, rééducation, addictologie, thérapie…
– Création de parfum d’ambiance…


5 – Précautions d’emplois et usages

Avant l’emploi d’une huile essentielle, il est important de prendre conseil auprès d’un professionnel compétent (aromathérapeute, aromatologue) à défaut un pharmacien. Les dosages et les contre indications varient d’une personne à l’autre.

Les molécules aromatiques des huiles essentielles sont puissantes et ont un effet réel sur le corps.

punctuation-marks-1019728_1920Voici quelques règles de base à retenir :
  • Faire connaissance avec une huile essentielle progressivement et toujours effectuer un test préalable dans le pli du coude et attendre 24h l’absence de réaction avant de commencer son utilisation
  • Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques (ex : cannelle, thym CT Thymol), photosensibilisantes (Essences d’agrumes), neurotoxique ou abortive à haute dose, il peut y avoir également des risques de toxicité hépatique ou rénal.

Heureusement, les huiles essentielles présentant des risques majeurs sont interdites à la vente ou réservées aux pharmaciens.

punctuation-marks-1019728_1920

  • Femmes enceintes et allaitantes : demander conseil avant toute utilisation. Les proscrire avant le 3ème mois.

  • Enfants et nourrissons : pas d’huile essentielle pour un bébé de moins de 3 mois, utilisation sous surveillance pour les enfants de moins de 3 ans, Jamais en interne pour un enfant de moins de 7 ans.

L’auto traitement par les huiles essentielles pour les enfants doit être fait rigoureusement et sous surveillance.

punctuation-marks-1019728_1920

  • Certaines pathologies doivent inciter à la prudence : épilepsie, hypertension, mastose, phlébite, cancer hormono-dépendant, asthme, problèmes rénaux, glaucome, troubles de la coagulation.

  • Ne jamais : ingérer une huile essentielle, la faire pénétrer dans les yeux, les oreilles ou le nez.

  • Conserver les flacons hors de portée des enfants et des animaux (très sensibles surtout le chat)

En cas d’ingestion accidentelle :

Ne pas faire vomir mais avaler  plusieurs cuillères d’huile végétale (colza, olive…) afin de diluer l’huile essentielle et éviter toutes brûlures des muqueuses digestives.

Consulter un médecin  ou appeler le centre anti-poison

En cas de réaction cutanée :

Appliquer une huile végétale pour diluer

En cas d’application accidentelle dans l’œil :

Appliquer de l’huile végétale et éponger avec du papier absorbant pour récupérer l’huile essentielle

Consulter un spécialiste dans tous les cas, si les mesures ci dessus ne sont pas suffisantes.

N’oubliez pas les risques d’incidents sont pour la plupart liés à la méconnaissance ou un mauvais emploi des HE, essayez dans la mesure du possible de vous faire conseiller.

Les usages des huiles essentielles :
  • Par voie cutanée : la voie « royale »physiotherapy-567021_1280

    • Toujours diluer l’huile essentielle dans un minimum d’huile végétale, plus la surface à couvrir est grande plus le pourcentage d’HE sera faible

    • En application locale : bouton, hématome …

    • En massage local, plus la peau sera fine et vascularisée (cou du pied, nuque, creux de l’épaule) plus l’HE pénétrera dans le corps. La plante des pieds est une zone à privilégier pour les personnes fragiles (enfants, malades…) et pour des application répétées.

    • Dans le bain : préalablement mélanger à de l’huile végétale

    • En cosmétique, en évitant le contour des yeux et de la bouche

  • Par voie olfactive :diffusion

    • diffusion passive : olfactothérapie et parfum d’ambiance. aucune absorption des molécules aromatiques

    • En inhalation humide – sauna faciale en cosmétique, décongestionne la sphère ORL

    • En diffusion : parfum d’ambiance ou assainir l’atmosphère

Les 2 dernières méthodes ne sont pas sans danger car l’inhalation et la diffusion précipitent les molécules volatiles dans l’air, dans les voies respiratoires et par défaut digestives. Ne jamais diffuser en présence d’enfants, de personnes allergiques, asthmatiques ou d’animaux. Ne pas utiliser d’HE irritantes.

 

  • Par voie orale :

La prise d’HE par ingestion orale est réservée à la seule prescription d’un médecin en raison de leur impact très fort sur les muqueuses digestives. Toutes les HE ne sont pas adaptées à ce type d’utilisation.

Les voies olfactives et cutanées permettent déjà de faire un gros travail préventif sur les pathologies courantes.

  • Autres modes d’utilisations :

    • En cuisine : avec précaution, une goutte de plus et le plat devient immangeable !

    • Pour l’entretien de la maison : désinfectant, nettoyant, antibactérien, parfum…


 

La Florathérapie et l’Aromatologie vont dans le sens du bien-être, du corps et de l’esprit.

Elles ne peuvent pas se substituer à un médecin. Je me réserve le droit de vous recommander un professionnel compétent si besoin.